Cet automne, Design Fair Paris a décidé de rendre hommage à "La Grande Aventure Prisunic" qui, à partir de la fin des années '60 a totalement révolutionné la manière d'envisager le commerce populaire ; en effet, jamais une enseigne n'avait affiché cette exigence esthétique et n'avait reçu autant de résonnances dans toutes les couches de la société française.

L’Exposition Evenement

« Exposition PRISUNIC "Le Beau au prix du laid»

Plus de cent affiches, des posters thermoformés, tous les catalogues de mobilier et une sélection de meuble
présentent l'aventure inédite de Prisunic à la fin des années '60

s

A la fin des années ‘60, l’aventure Prisunic, sous la direction artistique de Denise Fayolle puis de Jacques Lavaux, témoigne d’une inventivité et d’un avant-gardisme qui n’auront pas d’équivalent en France voire en Europe.
A partir d’une collection exceptionnelles de plus d’une centaine d’affiches et de dizaines de supports graphiques en 2 ou 3 dimensions retrouvées avec passion depuis des années par le libraire Michael Seksik, et une sélection de mobilier emblématique prêtée pour l’occasion par XXO, Design Fair Paris vous propose de découvrir l’univers total, original et exigeant de Prisunic qui prônait «le beau au prix du laid» et a véritablement joué un rôle capital en France sur l’accès au style, moderne de surcroît, auprès de toutes les classes de la société.

Suite au krach boursier de 1929, Le Printemps décide de redynamiser ses ventes en créant un nouveau concept dont le slogan est alors «Vente spéciale à prix uniques». En 1936, à l’époque des congés payés et d’un accès plus généralisé aux loisirs, l’enseigne choisit son nom définitif, ce sera «Prisunic».

Affiche de la couverture du catalogue Prisunic n°5 - Collection Librairie Michael Seksik

Alors qu’après-guerre, les français se rendent en nombres aux Salons des Arts Ménagers (près d’1 million 500 mille visiteurs en 1962...), que les femmes rêvent de toaster et de machine à laver tout en découvrant, dans les magazines, le «New Look» de Dior... Prisunic va faire le pari d’offrir des objets quotidiens bien dessinés, au packaging soigné et épuré...déclinant une identité 100% contemporaine et totalement inédite qui s’appliquera aux produits en vente, mais aussi à la publicité, à la présentation des collections (les premiers défilés de mode en musique c’est Prisunic...) et jusqu’à l’aménagement des magasins.

Pour orchestrer cette révolution, Jacques Gueden alors directeur de Prisunic, nomme Denise Fayolle à la direction du style et de la publicité. Celle qui se demande «Pourquoi populaire serait-il synonyme de moche ?» va, de 1953 à 1967, développer une esthétique de qualité, un style Prisunic pour que «l’aventure du beau pour tous» puisse commencer. A son départ, en 1967 pour fonder l’agence Mafia, Jacques Lavaux reprend le flambeau avec exactement le même esprit et les mêmes exigences. Dès les premières années, cette démarche novatrice rencontre une résonnance incroyable dans la société française et le succès est au rendez-vous.

Affiche Noel 71 Prisunic - Collection Michael Seksik

En plus de l’équipe permanente qui compte une quarantaine de personnes dont Andrée Putman..., Denise Fayolle, rejointe par Maïmé Arnodin, fait appel à des photographes, des graphistes et des illustrateurs de renom : Roman Cieslewicz, Georges Lemine, Jean-Michel Folon... ou encore Friedmann HAUSS, graphiste et photographe dont l’affiche «été 70» obtient le Prix des Lectrices du Journal ELLE ; ou encore à Terence Conran pour le mobilier.

Pour la première fois en France, Prisunic propose un univers global et cohérent pour l’ensemble du cadre de vie : un «total look» totalement inédit.

L’exposition sur Design Fair Paris, est présentée par Michael Seksik, libraire depuis plus de 20 ans et expert spécialisé dans l’illustration et les arts graphiques sous formes de livres, affiches et photographies. Il présente pour la première fois, une collection de plus d’une centaine d’affiches, de tous les catalogues de vente Prisunic, de posters thermoformés... accompagnée d’une sélection de pièces de mobilier exceptionnellement prêtées par XXO qui témoigne du positionnement avant-gardiste de la marque aussi dans le domaine du design et de la décoration. Cette exposition démontre la grande puissance graphique et créative de Prisunic pendant ces années, ainsi que, via l’influence de courants comme Le Pop Art, le Push Pin Studio (Michael Glaser, Tom Wiesselman...) mais aussi I. Noguchi sur ces productions, sa portée véritablement artistique qui va bien au-delà des sphères de la publicité et du marketing.

Affiche Style Schuss - Photographe Marcel DUFFAS pour Prisunic - Collection Librairie Michael Seksik

Le mobilier Prisunic est celui qui a été choisi par Edmonde Charles-Roux et Gaston Deferre pour meubler, dans son intégralité, l’appartement qu’ils avaient sur le vieux port à Marseille à la fin des années ‘70. En 2008, Edmonde Charles-Roux confie à Anne Bony (pour son livre «Prisunic et le Design» paru aux éditions alternatives : «Les Objets élégants sont les seuls qui durent (…) Nous avons vécu 10 ans dans cet appartement (…) Le mobilier se détachait sur des murs blancs, c’est l’un des appartements que j’ai préféré.»

Lit Prisunic © XXO

Lit édité par Prisunic © XXO

Cette présentation exceptionnelle de mobilier et documents graphiques de Prisunic témoigne de l'avant-gardisme de la marque dans tous les domaines créatifs...